. LA MINISTRE DES TRANSPORTS DU CANADA EN SAIT BEAUCOUP SUR LES CASQUES - TRANSPORT

La ministre des Transports du Canada en sait beaucoup sur les casques

Marc Garneau
Domaine public Marc Garneau en tenue de travail

Marc Garneau connaît bien les casques; celui qu’il tient sur la photo a probablement été utile lors de ses trois voyages dans la navette spatiale. Il est titulaire d'un diplôme en génie physique et d'un doctorat en génie électrique de l'Imperial College de Londres. Il connaît donc très bien les données. Pour couronner le tout, il est ministre des Transports du gouvernement du Canada, où il a fait un travail extraordinaire en créant un groupe de travail sur le cyclisme et la sécurité. Il a également longtemps été un de mes héros personnel et le genre de personne que nous recherchons dans un ministère aussi important.

Hier sur mon vélo. Remarqué de nombreux cyclistes sans casque. Comme les automobilistes qui ne croient toujours pas qu'une ceinture de sécurité est une bonne mesure de sécurité

- Marc Garneau (@MarcGarneau) le 16 avril 2017

C’est donc avec une certaine surprise que les cyclistes ont vu Garneau tweeter sur des cyclistes sans casque. Parce que les données sont claires, plus de personnes meurent des suites d'une infrastructure de vélo minable que de se faire mal à la tête. Vivant à Ottawa, il saurait que Nusrat Jahan portait un casque quand elle a eu le bon crochet d'un camion de chantier sur l'avenue Laurier. Ou que Meg Dussault portait également un casque lorsqu'elle a été accrochée par une bétonnière. Mais pour autant que je sache, le ministre Garneau n'a jamais tweeté pourquoi les camions n'ont pas de protecteurs latéraux.

En bref, la foule anti-casque pense qu’elle n’aura jamais de collision avec la tête. Je fais du vélo et je ne partagerai jamais cette conviction

- Marc Garneau (@MarcGarneau) 17 avril 2017

Mais ça va, il est le ministre des Transports et le port du casque ne fait de mal à personne. Conduisant à Toronto comme je le fais avec une infrastructure de bicyclette de merde et des personnes garant des voitures dans chaque piste cyclable, j'en porte une. Je pense que les aînés et les conducteurs devraient les porter. Il n’ya rien de mal à encourager le port du casque, même si les solutions de rechange (telles que l’investissement dans les infrastructures) sont meilleures pour tout le monde. Et je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui soit réellement anti-casque, ils sont vraiment plus pro-infrastructure.

@ Kim_Siever qui me rappelle. J'espère que les piétons se débrouillent la tête lorsqu'ils se promènent, surtout lorsqu'ils traversent

- Marc Garneau (@MarcGarneau) le 16 avril 2017

Mais c'est ce tweet qui m'a déçu, où il se plaint de textos piétons. C'est comme s'il se moquait de nous, parce qu'il est entré dans une zone franche de données, où une campagne sérieuse est en cours, parfois financée par l'industrie automobile, pour criminaliser la marche à pied et l'envoi de SMS ou l'écoute de musique, pour rejeter la faute sur les conducteurs qui frapper les piétons aux piétons eux-mêmes. Vous le voyez partout maintenant, où les conducteurs considèrent la marche et l'envoi de textos comme une conduite dangereuse. C'est la nouvelle fausse équivalence. Regardez cette réponse à Oliver Moore, chroniqueur au Globe and Mail, dans une nouvelle étude sur le temps passé au volant au téléphone:

@moore_oliver Avez-vous des statistiques sur le nombre de minutes par heure consacrées à regarder un téléphone portable en marchant?

- Bill Chantzis (@BChantzis) 18 avril 2017

Mark Garneau reste l'un de mes héros et son dernier tweet sur le sujet me donne de l'espoir.

Ce n'était jamais juste à propos de casques. C'était une question de sécurité. Heureusement, la société évolue progressivement vers une société plus cycliste

- Marc Garneau (@MarcGarneau) 17 avril 2017

Je pense que la réaction était due au fait que le manque de casques, comme marcher avec un téléphone, est devenu l'excuse standard du monde autocentré, que les personnes qui conduisent ou qui envoient des textos méritent ce qu'elles ont. Que c'est de leur faute.

Ils veulent aussi que les cyclistes et les piétons soient à l'écart de leurs routes. Ils veulent inculquer ce que Mikael Colville-Andersen appelle une culture de la peur. Alors pourquoi ne pas leur faire peur en pensant que faire du vélo est vraiment dangereux, ou que les gens qui marchent devraient agir comme des lapins effrayés? En fait, les deux activités sont sûres, amusantes et saines.

Regardez les statistiques. Ce sont les voitures et les camions qui tuent, et non le manque de casques ou l’utilisation de téléphones. Pour moi, il semble que le ministre des Transports écoute davantage les conducteurs que les cyclistes ou les piétons. Il devrait représenter tout le monde sur les routes.