. LES VILLES PEUVENT-ELLES POURSUIVRE LES COMPAGNIES PÉTROLIÈRES EN DOMMAGES-INTÉRÊTS DU FAIT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE? - ÉNERGIE

Les villes peuvent-elles poursuivre les compagnies pétrolières en dommages-intérêts du fait du changement climatique?

Lloyd et Mike
CC BY 2.0 Le conseiller Mike Layton écoutant Lloyd Alter parler de quelque chose

Un conseiller municipal de Toronto va essayer.

La ville de Toronto est située dans une belle partie du monde, si le climat vous inquiète. Il est loin des océans, a beaucoup d’eau douce et une électricité propre, et les gens se plaignent du froid.

Toutefois, au cours des dernières années, il a été frappé par des tempêtes de verglas, des inondations et, selon le Bureau d'assurance du Canada, par six tempêtes séculaires depuis 2005, selon Jeff Gray. Jeff Gray, du Globe and Mail, cite le conseiller Mike Layton:

"Nous pourrions être obligés de dépenser des sommes énormes, par milliards, en tant que ville", a déclaré M. Layton dans une interview. "Je crois fermement que les pollueurs devraient payer."

Le maire habituellement insipide n'était pas aussi insipide que d'habitude, déclarant par l'intermédiaire de son porte-parole:

La motion de la conseillère Layton demande un rapport sur les répercussions à long terme du changement climatique sur la ville; le maire est favorable à la compréhension de ces coûts et ne voit aucun inconvénient à comprendre les options possibles pour recouvrer ces coûts.

Gardiner East

Autoroute Ashton Paul / Gardiner sur le canal Keating / CC BY 2.0

Le problème est que les compagnies pétrolières ne polluent pas réellement; ce sont les conducteurs des voitures qui remplissent leurs réservoirs d’essence que les compagnies pétrolières vendent. Ils conduisent surtout parce qu'ils n'ont pas d'options sérieuses, grâce aux décisions prises par les planificateurs et les politiciens. Et le maire contribue chaque jour au changement climatique en refusant même d'envisager des mesures susceptibles de réduire le nombre de voitures dans la ville. Il dépense un milliard de dollars pour la reconstruction d'une voie rapide surélevée et probablement quatre milliards supplémentaires pour la construction d'un métro à guichet unique proposé par le regretté Rob Ford, car il détestait les transports en surface, comme les tramways ou le Light Rapid Transit. Le conseil municipal ne fait pas non plus grand-chose pour ajouter des pistes cyclables ou améliorer les infrastructures piétonnières.

Mike Layton est certainement au courant de ces problèmes, mais il n'a pas les voix pour le faire et, poursuivre les compagnies pétrolières contre les pétroliers est une belle variante des véritables problèmes de changement climatique auxquels la ville de Toronto est confrontée.

Bien sur Mike Layton pour avoir fait avancer ce combat. Les changements climatiques ont des conséquences dévastatrices pour notre planète et nos infrastructures. En termes simples, ceux qui en tirent profit devraient en payer le prix. https://t.co/YtFUArQEqa @m_layton

- Joe Cressy (@joe_cressy) 25 mars 2019

Tous les élitistes du centre-ville sirotant des lattes vont soutenir cette idée, mais il reste encore un long chemin à parcourir dans les rapports de suivi et le comité sur l’infrastructure et l’environnement du Conseil, qui regorge de banlieusards épris de voiture.

Bien sûr, poursuivons les compagnies pétrolières en justice. Mais la ville ne peut pas prétendre qu'elle n'est pas complice, un participant volontaire à la pollution et au changement climatique qui n'envisagera même pas de rétablir une taxe sur les voitures que Rob Ford a été élu pour tuer. Commencez par nettoyer votre propre maison.